1789, la révolution


La révolution française de 1789 perturbe “l’ordre” de l’Ancien Régime. 1789 est l’an de la convocation des États Généraux, oú le Tiers s’intitule « Assemblée nationale » après le serment du Jeu de Paume; c’est le début de la révolution et aussi la fin de l’Ancien Régime, provoquée par l’incapacité de la royauté à se moderniser, l’influence des Lumières et des mouvements vers la conquête de la démocratie (États-Unis, Angleterre).

Après l’abolition de l’absolutisme, la révolution engage la Nation dans un système politique parlementaire, représentatif et plus just, en passant par la Monarchie Constitutionnelle, puis par la République. Le “tiers état” prend conscience de sa force et refuse les privilèges de l’ancienne aristocratie; la “Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen” proclame la liberté et l’égalité des personnes; l’abolition des droits seigneuriaux, les corvées et le dîme remue les ciments du pouvoir de la noblesse; les réorganisations administratives, judiciaire et fiscale, la nationalisation des biens du clergé, conviennent les bases d’une nouvelle organisation qui comporte la laïcisation de l’État, la promotion du suffrage presque universel et la réorganisation de l’enseignement primaire et des “grandes écoles”.

Mais dans la Révolution il y a aussi des actes sanglants, des manifestations extrêmes de pouvoir et de violence comme celle de la Terreur.

“Peu d’importance avait le roi. La reine, Marie Antoinette, elle était l’éxecrée. Éxecrée par étrangere, parce qu’elle bâillait pendant les cérémonies réelles, parce qu’elle n’utilisait pas de corset et parce qu’elle avait des amants. Et par ses gaspillages. lui appelait Madame Déficit.
Le spectacle a été très concouru. La multitude a rugi une ovation quand la tête de Marie Antoinette a rooulé aux pieds du bourreau.
La tête nue. Sans collier.
Toute la France était convaincue que la reine avait acheté le bijou le plus cher de l’Europe, un collier de six cent quarante-sept diamants. Ils croyaient aussi tous qu’elle avait dit que si le peuple n’avait pas de pain, il pouvait bien manger des galettes.”

Eduardo Galeano: “Espejos”.

“Les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais livré aucun peuple, afin de couper pour ainsi dire en deux leur destinée, et de séparer par un abîme ce qu’ils avaient été jusque-là de ce qu’ils voulaient être désormais. Dans ce but, ils ont pris toutes sortes de précautions pour ne rien emporter du passé dans leur condition nouvelle; ils se sont imposé toutes sortes de contraintes pour se façonner autrement que leurs pères; ils n’ont rien oublié enfin pour se rendre méconnaissables.

J’avais toujours pensé qu’ils avaient beaucoup moins réussi dans cette singulière entreprise qu’on ne l’avait cru au dehors et qu’ils ne l’avaient cru d’abord eux-mêmes. J’étais convaincu qu’à leur insu ils avaient retenu de l’ancien régime la plupart des sentiments, des habitudes, des idées mêmes à l’aide desquelles ils avaient conduit la Révolution qui le détruisit et que, sans le vouloir, ils s’étaient servis de ses débris pour construire l’édifice de la société nouvelle; de telle sorte que, pour bien comprendre et la Révolution et son oeuvre, il fallait oublier un moment la France que nous voyons, et aller interroger dans son tombeau la France qui n’est plus. »

Alexis de Tocqueville: L’ancien régime et la Révolution, avant-propos.

* Regarde un schéma sur la révolution.

* Consulte ce site sur la révolution.

* Regarde un livre interactif d’activités sur la Révolution Française.

* On voit Des activités sur la Terreur.

* Activité flash sur le sacre de Napoléon.

Deixar unha resposta

introduce os teu datos ou preme nunha das iconas:

Logotipo de WordPress.com

Estás a comentar desde a túa conta de WordPress.com. Sair / Cambiar )

Twitter picture

Estás a comentar desde a túa conta de Twitter. Sair / Cambiar )

Facebook photo

Estás a comentar desde a túa conta de Facebook. Sair / Cambiar )

Google+ photo

Estás a comentar desde a túa conta de Google+. Sair / Cambiar )

Conectando a %s